Château Aventure : Un air de jeu de rôle

Chateau Aventure Iello

Tu te rappelles des jeux textuels des années 80 ? Les jeux vidéos dans lesquels tu devais écrire « prendre épée » ou encore « parler aubergiste » dans un terminal pour que le jeu te dise ce qu’il se passait ? Et dans lesquels si tu écrivais « saisir pelle », il ne comprenait pas parce que « saisir » n’est pas dans son vocabulaire ? Aujourd’hui, je te présente Château Aventure, une adaptation en jeu de société de ce type de jeu. Si tu n’as pas connu ces jeux vidéos (ce qui est mon cas), ne t’inquiète pas, tu vas tout de même adorer ce jeu.

Château Aventure est un jeu de société édité par IELLO qui est sorti à l’occasion du FIJ 2018 et est disponible au prix de 25€. Il y a 12 scénarios, illustrés et écrits par des illustrateurs et auteurs différents. Certains auteurs ont participé à plusieurs scénarios. Dans les auteurs, nous retrouvons Jared A. Sorensen, Corentin Lebrat, Ludovic Papais, Antoine Bauza, Anthony Combrexelle, Théo Rivière, Gabriel Durnerin et Ludovic Maublanc. Du côté des illustrateurs, Miguel Coimbra, Paul Mefayon, Jérémie Fleury, Xavier Colette, Naïade, Vincent Joubert, Mathieu Leyssenne, Djib, Vincent Dutrait, Piero et Maeva Da Silva et Christine Deschamps.

La règle est qu’il n’y en a pas

 

Les règles sont très simples à assimiler et en plus de ça, tu peux les modifier comme tu veux. Il y a quelques jours, je te parlais de Decrypto et je te disais que les règles étaient compliquées à expliquer. Ici on est au contraire dans un jeu très simple à expliquer.

Château Aventure est en fait un livre qui contient 12 scénarios dans lesquels tous les joueurs incarnent le même personnage. Ils devront, chacun leur tour, donner une commande à l’ordinateur interprété par un autre joueur (« Aller dans une pièce », « Prendre un objet », « parler à quelqu’un » …).

Le joueur qui joue l’ordinateur devra ensuite leur apporter la réponse adaptée à leur commande. Pour cela, le livre lui donne toutes les réponses possibles. Bien entendu, cet ordinateur n’a pas les inconvénients des ordinateurs des années 80. Si on lui dit « saisir pelle » à la place de « prendre pelle », il saura répondre. Sauf si le maître du jeu veut pousser la simulation à fond et vraiment jouer l’ordinateur de l’époque …

Et c’est d’ailleurs possible car le maître du jeu peut adapter les règles comme bon lui semble. Le scénario lui sert de base dont il peut se contenter et dire « commande inconnue » lorsque l’action souhaitée par les joueurs n’est pas possible. Ou alors, si il est à l’aise, il peut apporter des réponses qui ne sont pas forcément prévues par le scénario (par exemple, quand les joueurs prennent un objet qui n’est pas du tout utile et donc non prévue par le scénario).

D’ailleurs, pour le MJ, il est préférable de préparer le scénario à l’avance pour être en mesure d’improviser ou même simplement de pouvoir aider les joueurs si ils rencontrent des difficultés.

 

exemple Chateau Aventure

Exemple de ce que peut avoir le meneur de jeu sous les yeux

Dans l’image ci-dessus, tu peux avoir un aperçu de ce que le meneur de jeu a sous les yeux pendant la partie. C’est tiré du scénario de démonstration (disponible ici) donc pas de spoil, je suis gentil avec toi 😉 Donc pour chaque lieu présent dans le scénario, le livre contient toutes les actions possibles dans ce lieu. Par exemple, lorsque les joueurs arrivent dans le Bateau, le meneur de jeu lit la description du lieu et les sorties possibles. Et tant que les joueurs ne font pas l’une des actions, le meneur ne lit pas la partie de droite. Ça c’est la base mais le meneur peut y rajouter sa patte personnelle en faisant attention que ça n’a pas d’incidence sur la suite de la partie.

Un jeu bac à sable

 

De mon côté, j’ai adoré ce jeu. Alors oui, il y a toujours la critique du manque de rejouabilité dans ce type de jeu. Ce n’est pas du tout un aspect qui me gène dans un jeu de société mais je comprends que ça peut en rebuter certains. Il y a 12 scénarios, qui, une fois qu’on les connait, ne sont pas rejouables en temps que joueur mais il est possible d’être meneur de jeu pour un autre groupe.

Je trouve que les scénarios sont bien construits et que le niveau de difficulté est parfaitement adapté (il y a 3 niveaux de difficulté). Les thèmes des scénarios sont très variés, ça va de l’univers merveilleux aux zombies en passant par la science-fiction ou le fantastique. Il y a même un scénario d’horreur interdit au moins de 18 ans ! Donc il y a forcément un scénario qui est adapté au groupe de joueurs.

Mais ça veut aussi dire qu’il y a des scénarios avec lesquels tu auras moins d’affinités, soit à cause du thème, soit à cause du niveau de difficulté. C’est d’ailleurs mon cas, je n’ai pas lu tous les scénarios (pour ne pas me spoil et pouvoir y jouer en tant que joueur) mais il y en a déjà un que je n’ai pas envie de faire jouer.

 

Château Aventure

 

Au final, le prix de 25€ peut sembler élevé car il n’y aura peut-être que 9 ou 10 scénarios qui te plairont et en plus de ça, ils ne pourront pas y rejouer en tant que joueur. Le prix est souvent la critique qui vient en même temps que le manque de rejouabilité dans un jeu de société. Personnellement, c’est vrai que j’ai trouvé le jeu un peu cher mais l’expérience de jeu est, je trouve, très bonne et compense ce prix. Ça fait 2€ le scénarios et, pour 2€, tu as 5 tirs à la carabine à la fête foraine. Une fois que tu fais ce rapport prix/expérience, tu relativises et tu oublies vite ce petit défaut …

Je pense que l’expérience de jeu dépend un peu du maître du jeu. Même si il a le livre comme support, il décide de la manière dont il veut adapter le scénario. Il peut tout simplement lire ce qu’il y a dans le scénario, il peut rajouter des descriptions aux lieux pour rendre l’histoire plus immersive, il peut remplir entièrement le rôle de l’ordinateur qui ne comprend aucune autre commande que ce qui est « programmé » (ça doit rendre fou les joueurs), il peut inventer des histoires annexes pour enrichir l’histoire … Enfin bref, il fait ce qu’il veut ! Ça peut en rebuter certains mais moi j’ai adoré cet aspect « bac à sable » dans un jeu de société. Un bon meneur de jeu peut sublimer les scénarios !

Je n’ai jamais fait de jeu de rôle, mais je me l’imagine un peu comme ça en plus développé avec de l’évolution de personnage, un univers plus poussé, etc. Dans tous les cas, ça m’a un peu donné envie d’essayer le jeu de rôle car je pense que ça peut vraiment me plaire.

 

Matériel Château Aventure

Matériel dans Château Aventure : Livre contenant les 12 scénarios, 12 illustrations et un petit paquet de cartes pour un scénario spécifique

 

Coté matériel, j’aime beaucoup les illustrations. Chaque scénario a un illustrateur différent donc il y a des illustrations avec lesquelles on a moins d’affinité mais elles sont dans l’ensemble très belles. Le livre est très bien fait et il est facile, pour le maître du jeu de s’y repérer et de ne pas se perdre dans les différents lieux décrits. Pour le maître du jeu, j’aurais bien imaginé un paravent pour chaque scénario plutôt que le livre. Ça aurait été plus pratique, parce que feuilleter le livre, ça n’est pas l’idéal.

C’est un jeu qui a quelques défauts mais malgré cela j’ai adoré l’expérience qu’il offre. Je pense que IELLO a prévu d’autres scénarios basés sur les mêmes mécaniques et j’attends ça avec impatience ! Je donne à ce jeu la note de 8/10 !

Ce weekend, je me rends à Ludinord ! Ils parlent d’ailleurs de parties de Château Aventure animées par certains auteurs pour le vendredi soir, je te tiendrais au courant sur Twitter ou Instagram 😉